Cathédrale d’art et d’histoire

François MARTY

Cardinal

1904 - 1994

 

 

François MARTY nait le 18 mai 1904 à Pachins dans l’Aveyron.

Après des études au Petit Séminaire de Villefranche-de-Rouergue puis au Grand Séminaire, il est ordonné prêtre dans la cathédrale de Rodez le 28 juin 1930.

Vicaire puis curé de paroisses dans le diocèse de Rodez, il devient vicaire général en 1951.

Nommé évêque du Saint-Flour le 6 février 1952, il est consacré évêque le 1er mai 1952 dans la cathédrale de Rodez par l’évêque du lieux, Mgr Marcel DUBOIS.

Le 14 décembre 1959, il est nommé coadjuteur de l’archevêque de Reims et archevêque titulaire d’Émèse. Le 9 mai 1960, il devient archevêque de Reims suite au décès de son prédécesseur. C’est ainsi qu’il reçoit, en juillet 1962, le général de Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer lors d’une rencontre pour la paix entre la France et l’Allemagne.

 

Le 26 mars 1968 il est nommé archevêque de Paris succédant au cardinal Pierre VEUILLOT. Il est créé cardinal lors du consistoire du 28 avril 1969 avec le titre de cardinal-prêtre de Saint-Louis-des-Français. Vice-président de la Conférence des évêques de France, il en est le premier président élu de 1969 à 1975.

Il doit faire face au cours de son épiscopat à plusieurs crises : mai 1968, intégrisme (avec l’occupation de Saint-Nicolas-du-Chardonnet), contestation du clergé, chute des vocations et de la pratique. Mais il sait prendre de nombreuses initiatives pour aller de l’avant : instauration du diaconat permanent, implantation de nouvelles communautés (Fraternité monastique de Jérusalem à Saint-Gervais). Il encourage l’apostolat des laïcs, applique les réformes administratives décidées par le cardinal VEUILLOT : suppression de la hiérarchie parmi les vicaires et des avantages matériels (casuel), mobilité accrue des prêtres par l’exercice de fonctions à temps. C’est à lui qu’il revient, en 1970, de présider la célébration en hommage à Charles de Gaulle, en présence de Georges Pompidou, du gouvernement et des chefs d’Etats étrangers.

Après avoir accueilli le pape Jean-Paul II en mai 1980, il se retire le 27 février 1981 au couvent des dominicaines de Monteil (Aveyron). Il décède le 16 février 1994, happé par un train au volant de sa voiture, prés de Villefranche-de-Rouergue. Il est inhumé à Pachins.

Diocèse de Paris Notre-Dame de Paris 2013 Facebook Google Twitter Flickr Youtube Foursquare RSS
Français
English
Faire un Don
Calendrier
Horaires
Visites
Contacts
Newsletter
Crédits